Livres
Education à la diversité
Décalages, impensés, avancées
Sous la direction de Margarita SANCHEZ-MAZAS, Nilima CHANGKAKOTI et Marie-Anne BROYON
éd. L'Harmattan (coll. "Espaces interculturels"), 2015, 255 p.
(ISBN : 978-2-343-06241-9"

Quatrième de couverture :
"Réunissant des chercheurs issus de divers domaines des sciences sociales, cet ouvrage questionne les évidences qui s'attachent à la valorisation de la diversité en éducation. Au travers de certaines expériences significatives, il tente d'identifier les avancées et les obstacles qui marquent la mise en oeuvre de projets interculturels dans différents contextes politiques et idéologiques. Le rapport à l'école des populations issues de la migration est interrogé aussi bien du côté des élèves que du côté des enseignants. Le livre présente aussi des pistes d'intervention, articulées sur des compétences à construire ou des actions à promouvoir au niveau de la classe ou de l'établissement. La question de l'outillage nécessaire à la prise en compte des besoins et potentialités d'un public scolaire hétérogène est posée avec la distance nécessaire pour éviter les pièges de l'angélisme ou de l'injonction. La pluralité des approches développées permet de pointer les enjeux majeurs qui traversent la construction de l'éducation et de la formation à la diversité dans un contexte de tensions et de débats de société."

Avec les contributions de : Fabrice Dhume, Françoise Lorcerie, Xenia Chryssochoou, Abdeljalil Akkari et Mylene Santiago, Marie-Anne Broyon et Nilima Changkakoti, Audrey Heine et Laurent Licata, Maryse Potvin, Corina Borri-Anadon et Julie Larochelle-Audet, Aneta Mechi et Margarita Sanchez-Mazas, Altay Manco et Charlotte Gouverneur.

La contribution de Fabrice DHUME a pour titre : « Former sur la discrimination à l'école : l'enjeu d'un travail sur et avec les processus de dénégation » (p.27-46)
L'immigration en Languedoc-Roussillon, du XIXè siècle à nos jours
Synthèse historique, enjeux contemporains
Suzana DUKIC
éd. Trabucaire, 2014,
(ISBN : 9782849742013)

Quatrième de couverture :
"Pour la première fois, un ouvrage de synthèse, sur la base d’une bibliographie présentée en annexes, retrace l’histoire de l’immigration dans la région Languedoc-Roussillon sur plus de deux siècles. Il est issu d’un travail d’étude réalisé sous la coordination scientifique d’une équipe de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales (EHESS) dirigée par Gérard Noiriel, dans le cadre de l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration au Palais de la Porte Dorée à Paris.

Le livre retrace l’histoire de ces centaines de milliers d’immigrants qui se sont succédés, depuis le XIXè siècle, de façon temporaire ou définitive, sur le territoire régional. Il montre, en creux, que, comparée à l’échelon national, la région Languedoc-Roussillon présente des singularités en matière d’immigration : alors qu’au niveau national, le recours à la main d’oeuvre étrangère est calqué sur les rythmes de la production industrielle, l’immigration en Languedoc-Roussillon est liée au travail de la terre en général, et de la vigne en particulier. La région constitue un des pôles nationaux de l’immigration au XXè siècle, en particulier durant l’entre-deux-guerres. Elle se singularise, enfin, par la prépondérance de l’immigration outre-pyrénéenne durant près de 150 ans, et, plus récemment, par le poids de l’immigration marocaine. L’ouvrage conclut sur le poids des discriminations, que des enquêtes sociologiques conduites dans la région ont démontré dès le début des années 90, et questionne le sens des projets d’action culturelle en lien avec les mémoires des immigrations régionales qui se sont multipliés ces dernières années en Languedoc-Roussillon. Ainsi, l’ouvrage propose-t-il un état des connaissances dans un style qui se veut facilement accessible aux étudiants, aux professionnels, et plus largement à tous ceux que la question intéresse."

L’écriture de l’ouvrage a bénéficié d’une aide de la DRAC Languedoc-Roussillon et du Conseil régional Languedoc-Roussillon.

Pour commander l'ouvrage : http://www.trabucaire.com
Ce travail a donné lieu à divers articles de revue, présentés dans la rubrique Publications, et une émission de radio en novembre 2014.
http://www.radioallianceplus.fr/limmigration-en-languedoc-roussillon-du-19e-a-nos-jours-de-suzana-dukic/
Entre l'école et l'entreprise, la discrimination en stage
Une sociologie publique de l’ethnicisation des frontières scolaires
Fabrice DHUME-SONZOGNI
éd. Presses universitaires de Provence / IREMAM (coll. "Sociétés contemporaines"), 2014, 274 p.
(ISBN : 978-2-85399-946-5)

Quatrième de couverture :
"Depuis les années 1970, l’institution scolaire est l’objet d’une double critique, concernant les inégalités qu’elle reproduit et sa « distance » avec le monde du travail. « Nouvelle » recette politique censée répondre simultanément à ces deux enjeux, les stages en entreprise sont promus par les pouvoirs publics depuis cette époque. Derrière les discours mythologiques sur l’entreprise-formatrice, l’organisation concrète de cette relation entre l’école et l’entreprise est plus complexe et problématique. Loin de régler les questions d’inégalités, les stages sont l’un des lieux où les processus de discrimination se déploient, engageant directement la responsabilité des agents scolaires, en principe chargés d’assurer la légalité et la pertinence pédagogique de ce cadre de formation. Comment l’institution scolaire appréhende-t-elle ce problème ? Comment les établissements s’organisent-ils face à ces enjeux ? Quelles sont les pratiques des enseignants à l’égard des discriminations en stage ? Et comment les élèves vivent-ils ces expériences de discrimination scolaire ?

Fruit d’une recherche au long cours, construite dans une perspective de sociologie publique avec les professionnels au sein de l’institution scolaire, cet ouvrage aborde pour la première fois ces questions. À travers une analyse des rapports de pouvoir entre l’école et l’entreprise autour des stages, il montre comment les discriminations prennent place – et parfois prennent sens – dans les rapports scolaires. Il montre aussi comment l’école contribue à produire les discriminations en stage tout en les niant, ce qui rend compliquée la régulation de ces phénomènes. Phénomènes qui affectent les trajectoires des élèves concernés et minent leur confiance envers l’école publique."
Quelle action publique face au racisme ?
Une recherche-action dans le Nord-Pas-de-Calais
Collectif Nous Autres
éd. L'Harmattan (coll. "Questions contemporaines"), 2013, 271 p.
(ISBN : 978-2-343-00910-0)

Quatrième de couverture :
"Alors qu'il existe une abondante littérature sur le « racisme », on interroge peu celui-ci comme catégorie de discours et d'action publics. On fait comme si cet objet était évident, et comme si l'action face au racisme avait la force de cette évidence. Or, la capacité que nous avons d'intervenir individuellement et collectivement sur ce problème dépend en une large mesure de la manière de nous le représenter. Qu'est-ce que le « racisme » du point de vue de l'action publique ? De quoi ce mot est-il habituellement chargé ? Comment s'envisage et comment fonctionne l'action antiraciste ?

Confrontés aux limites d'un discours moralisant « contre le racisme », et par ailleurs témoins de la banalisation de formes de racialisation et d'ethnicisation jusqu'au sein de leurs institutions, les agents publics et acteurs associatifs se sentent souvent impuissants et peu légitimes à agir. Comment comprendre la situation ? Comment résister dans ce contexte ? Comment se réapproprier ce problème, pour imaginer d'autres chemins et d'autres pratiques possibles ?

C'est pour tenter de répondre à ces questions que s'est constitué, le temps d'une recherche-action, un collectif d'acteurs locaux de la région Nord-Pas-de-Calais, accompagné par une équipe de chercheurs en sciences sociales. Fruit de ce travail, cet ouvrage vise tout à la fois à comprendre les difficultés auxquelles sont confrontées les acteurs locaux, à élaborer une critique ancrée de l'approche antiraciste du racisme, et à contribuer à dessiner de nouvelles perspectives pratiques possibles."

« Nous autres » est le nom d'un collectif d'acteurs qui, confrontés aux questions de racisme, a le souci d'interroger les limites de l'action publique et d'inventer d'autres manières d'agir. Ce collectif a été accompagné par une équipe de l'ISCRA, coordonnée par Fabrice DHUME, sociologue, chercheur associé à l'URMIS.

Vous pouvez télécharger l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.

Pour une présentation de l'ouvrage par Catherine Lavergne, sur le site du MRAP de Lunel (http://mraplunellois.over-blog.com/2014/11/quelle-action-publique-face-au-racisme.html)
Race et capitalisme
Coordonné par Félix Boggio Ewanjé-Epée et Stella Magliani-Belkacem
éd. Syllepse, (coll. "Arguments et mouvements"), 2012, 170 p.
(ISBN : 978-2-84-950-350-8)

Quatrième de couverture :
"En France, quand elle n'est pas tout simplement ignorée, la question raciale est prise en tenaille. Il y a d'abord celles et ceux, les plus nombreux à gauche, qui en font une sorte de menace à la prise en compte des classes sociales et de l'exploitation économique. Il y a ensuite celles et ceux qui, souvent en réaction aux premiers, soulignent l'importance de traiter la race comme une construction identitaire. Si l'on reconnaît alors au racisme et aux processus de racialisation la capacité de structurer le monde social, c'est au prix d'une séparation entre les problèmes liés à l'identité ou aux représentations d'une part, et les questions relatives à la domination sociale, au fonctionnement du capitalisme et aux luttes populaires d'autre part.
La volonté qui traverse ce recueil est de donner à voir des points de vue, souvent non francophones, qui ne cèdent ni sur l'autonomie propre de la question raciale en tant que telle, ni sur son imbrication avec les luttes de classe, avec la problématique du droit à la ville ou encore sur les aspects économiques des disparités raciales. Tout en présentant sous une forme didactique une recherche encore à mener en France, le livre s'efforce aussi d'introduire les premiers jalons d'une réflexion stratégique globale contre le système raciste, qui considère autant les défis posés par l'organisation autonome des non-Blanc.he.s que les enjeux d'une alliance avec les couches populaires blanches et leurs organisations."

Avec les contributions de : Félix Boggio Ewanjé-Epée et Stella Magliani-Belkacem, David Roediger, Fabrice Dhume, Patrick L. Mason, Himani Bannerji, Stefan Kipfer, Sadri Khiari.

La contribution de Fabrice DHUME a pour titre : « De la reconnaissance à l'effacement. La politique française de lutte contre les discriminations et la question raciale » (p.51-66).

Voir le texte introductif, sur le site de la revue Contretemps : http://www.contretemps.eu/fr/
Dictionnaire de l'immigration en France
Sous la direction de Smaïn Laacher
éd. Larousse, (coll. "A présent"), 2012.
(ISBN : 978-2-03-584839-0)

Quatrième de couverture :
"Premier ouvrage du genre, le Dictionnaire de l'immigration en France est un recueil critique de mots et de concepts que le droit, le discours politique, le propos ordinaire véhiculent pour nommer et qualifier des personnes et des groupes n'appartenant pas à l'ordre national, ou n'étant pas perçus comme lui appartenant naturellement. Il y a peu de domaines de la vie sociale, économique, politique et culturelle où les mots employés vont de soi. Le débat public sur l'immigration et les immigrés, quelle que soit leur nationalité, est celui qui, sans aucun doute, permet toutes les approximations et les inexactitudes. Cet ouvrage se propose donc d'être un répertoire rigoureux de mots à enjeux, ceux qui soulèvent des difficultés de définition et des problèmes de compréhension. Expliquer et faire le point sur un thème au carrefour d'une pluralité de disciplines en sciences humaines, telle fut notre ambition. Ce dictionnaire était plus que nécessaire. Il état devenu une urgence intellectuelle et scientifique."

Avec les contributions de : Marianne Amar, Armelle Andro, Cédric Audebert, Jacques Barou, Jacques Barrot, Nabil Benbekhti, Sophie Body-Gendrot, Luc Cambrézy, Sabah Chaïb, Catherine-Amélie Chassin, Véronique De Rudder, Fabrice Dhume, Stéphane Dufoix, Mireille Eberhard, Estelle Emsellem, Amina Ennceiri, Claire de Galembert, Jean-Pierre Garson, Yvan Gastaut, Arlette Gautier, Jean-Pierre Goudailley, Catherine Humblot, Fabien Jobard, Riva Kastoryano, Sylvain Laurens, Christophe Le Berre, Luc Legoux, Maris Lesclingand, Romain Liagre, Emmanuel Ma Mung, Eric Marlière, Francesco Martucci, Laure Michon, Salima Mokrani, Anne Morillon, Laurent Mucchielli, Michel Peraldi, Jacqueline Perrin-Haynes, Catherine Quiminal, Aude Rabaud, Alain Reyniers, Isabelle Rigoni, Gildas Simon, Serge Slama, Maryse Tripier, Arnaud Veisse et Catherine Wihtol de Wenden.

Les contributions de Fabrice DHUME portent sur les entrées "Communautarisme", "Communauté(s)" et "Multiculturel / Multiculturalisme".
Orientation scolaire et discrimination
De l'(in)égalité de traitement selon "l'origine"
Fabrice DHUME, Suzana DUKIC, Séverine CHAUVEL, Philippe PERROT
éd. La documentation Française, 2011, 281 p.
(ISBN : 978-2-11-008448-4)

Réalisé à la demande de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE ) et de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ), ce document est une revue de la littérature scientifique française (1960-2010) visant à établir l’état des connaissances existantes et permettant de repérer les problématiques spécifiques liées à l’origine dans les dispositifs d’orientation scolaire.
Il s’agit également d’identifier les pratiques inégalitaires afin de dégager des perspectives pour renforcer l’efficacité de l’action publique en faveur de l’égalité de traitement.

Ecouter l'enregistrement de la présentation publique de la revue de littérature :
Univers-cité des savoirs impliqués du 9 février 2011 : l'Ecole discrimine-t-elle à raison de l'"origine" ?

Lire la recension de Vincent Piédanna parue dans la revue Espace, Populations, Sociétés (2011/3) :
http://eps.revues.org/index4908.html

Commander l'ouvrage sur le site de la Documentation française :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110084484/index.shtml
Sociologie politique de et dans la lutte contre les discriminations
Au coeur de l'action publique en France (1991-2006)
Olivier NOËL
Editions Universitaires Européennes, 2010, 432 p.
(ISBN : 978-613-1-55289-2)

Fruit de travaux pionniers sur la question des discriminations et d'une recherche au long cours, cet ouvrage analyse les conditions difficiles d'émergence du problème public des discriminations ethno-raciales en France puis les obstacles dans la conduite d'une politique effective de prévention et de lutte contre les discriminations dans le domaine de l'emploi entre 1991 et 2006. L'auteur construit un regard critique sur une politique publique hésitante tout en proposant des cadres d'analyse utiles à l'action et dessine des perspectives pour un autre possible possible. Les principaux terrains de recherche mobilisés dans cet ouvrage concernent le dispositif public des Missions Locales en direction des jeunes de 16 à 25 ans et le dispositif d'Apprentissage mais le propos s'adresse plus largement à tous ceux et celles qui souhaitent sincèrement combattre cette plaie au coeur de l'idéal égalitaire.
Du travail social au travail ensemble
Nouvelle édition actualisée, 2010
Fabrice DHUME
éd. A.S.H. (coll. "Professionnels"), 2010, 206 p.
(ISBN : 9-782757-304372)

Quatrième de couverture :
L’idée de partenariat a envahi le champ social au point de s’imposer comme une nouvelle référence de l’action publique et du travail social. Bien que l’idée qu’il recouvre ne soit pas fondamentalement neuve, ce néologisme s’est imposé récemment, dans un contexte de profonde transformation des politiques sociales. Que signifie-t-il ? Comment comprendre sa diffusion rapide et envahissante malgré son apparition tardive ?
La force de cette nouvelle injonction à « faire du partenariat » va de pair avec un flou, à la fois conceptuel, politique et méthodologique. Comment alors s’y retrouver ? Comment se réapproprier ce qui n’est qu’un discours pour construire des pratiques de coopération ? A quelles conditions, surtout, travailler en partenariat peut-il prendre sens et produire du sens pour le travail social et l’action publique ? C’est à défricher ces questions que se livre se consacre.

Dans une perspective transversale, qui associe délibérément la réflexion et la dimension pratique, cet essai, appuyé sur diverses expériences, propose de faire le point sur cette notion. Il revient sur l’origine du terme, sur les conditions de son émergence ; il critique ses usages et propose de le redéfinir avec méthode et exigence.
En invitant à ouvrir des questions complexes plutôt qu’à chercher une illusoire réponse-type, cet ouvrage cherche à indiquer des points de passage possibles vers une pratique du travail ensemble. Il est un appel à ce que le travail social se ressaisisse de sa capacité d’expertise, et se mettre à fabriquer de l’intelligence collective.

Vous pouvez télécharger l'avant-propos et l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
Les nouvelles frontières de la société française
Ouvrage sous la direction de Didier Fassin
éd. La Découverte, 2010, 598 p.
(ISBN 978-2-7051-5942-7)

Quatrième de couverture :
Au cours des dernières décennies, les frontières du territoire français se sont refermées pour celles et ceux, désormais indésirables, en provenance des pays non communautaires, qu’ils soient travailleurs, étudiants, demandeurs d’asile, enfants ou conjoints d’étrangers. Mais parallèlement à ce phénomène d’autant plus manifeste qu’il est devenu objet de surenchère politique, d’autres frontières moins visibles se sont constituées à l’intérieur de l’espace national. Raciales, ethniques ou religieuses, elles définissent des lignes de partage que la reconnaissance tardive des discriminations et la montée de revendications minoritaires ne permettent plus d’ignorer. Longtemps pensées séparément, les unes à travers la « question immigrée », les autres en termes de « racialisation », ces frontières extérieures et intérieures sont étroitement liées, tant dans les histoires familiales que dans les discours publics. Résultat de quatre années d’enquêtes menées par une équipe de sociologues, anthropologues, historiens, politistes, juristes, psychiatres et psychanalystes, cet ouvrage met au jour les transformations contemporaines des identités et des altérités dans la société française.

Avec les contributions de M. Avanza, S. Beaud, S. Hadj Belgacem, G. Bletran, B. Bosa, M. Bernardot, C. Cournil, I. Coutant, F. Enjolras, E. Fassin, N. Fischer, L. Gaignard, A. Hajjat, E. d'Halluin, C. Kobelinsky, S. Le Courant, C. Makaremi, F. Masure, L. Mathieu, O. Noël, G. Noiriel, M. Recio, R. Rechtman, A. Tandé, J. Valluy.

La contribution d'Olivier NOËL a pour titre : "Un consensus politique ambigu. La Lutte contre les discriminations raciales". (pp.267-290)

- Ecouter l'univers-cité des savoirs du 17 mai 2010 organisée avec Eric Fassin autour de sa contribution à l'ouvrage :
Statistiques raciales ou racistes ? Histoire et actualité d'une controverse

- Voir la description complète de l'ouvrage, la présentation des contributeurs sur le site de l'éditeur :
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_nouvelles_frontieres_de_la_societe_francaise-9782707159427.html

- Voir la recension de Suzana Dukic publiée sur le site de la revue Contretemps :
http://www.contretemps.eu/lectures/points-passage-frontieres
Télécharger le document : Sommaire NFSF.pdf (65 ko)
Grand-ouest, mémoire des outre-mers
Ouvrage sous la direction de Farid Abdelouahab et Pascal Blanchard
Ed. P.U.R., 2008.
(ISBN 978-2-7535-0719-7)

Avec une préface de Michel LE BRIS

Avec les contributions de BANCEL Nicolas, BATHIA Casimir, BAROT Sylvie, BENCHARIF Léla, BLONDET-BISCH Thérèse, BODARD Yves, BOËTSCH Gilles, BOUBEKER Ahmed, CANARD David, CHALAYE Sylvie, CHAMPEAUX Antoine, CHEVRIER Francis, COFTIER Pierre, COMMUNEAU Patrick, DELARUE Bruno, DEROO Éric, DUFOUR Fanny, FÉAU Étienne, FRENKIEL Stanislas, GENTY Jean-René, GRESSIEUX Douglas, LEBRUN Gilbert, LEMAIRE Sandrine, LE MINOUS Claude, LOZÈRE Christelle, MARAIS Jean-Luc, MESLIN Karine, MISEREY Hugo, NOËL Olivier, OUADAH Molkeire, PERROY Aymeric, ROUX Michel, SAUNIER Éric, VÉGLIA Patrick et WANG Peiwen.

L'ouvrage "Grand-ouest, porte des outre-mers" est le huitième de la collection "Un sicèle d'immigrations des Suds en France", après Le Paris noir (2001) ; Le Paris arabe (2003) ; Le Paris Asie (2004) ; Marseille Porte sud (2005), Sud-Ouest, Porte des outre-mers (2006), Lyon, Capitale des outre-mers (2007) et Frontière d'Empire, du Nord à l'Est (2008).
Construire des pratiques éducatives locales
Sous la direction de Vincent Berthet et Laurence Fillaud-Jirari
éd. Chronique sociale, 2008
(ISBN : 978-2-85008-717-2)

Quatrième de couverture :
"Quel est le rôle de l'éducation dans l'édification des sociétés urbaines dignes de ce nom ? Quelles sont les principales mutations de la société, de la famille, du politique, des institutions scolaires, du tissu urbain... qui pèsent sur les acteurs de l'éducation ? Quelles relations, plus ou moins difficiles, et quelles nouvelles formes de coopération peut-on observer, ou promouvoir, entre toutes les parties prenantes des pratiques éducatives ? Quelles expériences naissent de ces nouvelles coopérations ?##
ital#Cet ouvrage collectif vise à faire davantage reconnaître tous ceux qui sont les acteurs de l'éducation dans la cité, au premier rang desquels les parents. Il analyse les principaux problèmes qui motivent et encadrent aujourd'hui l'intervention éducative à l'échelle locale. Il met en relief un ensemble de pratiques, le plus souvent partenariales, axées sur le droit à une éducation de qualité pour tous, et en dégage un certain nombre d'interpellations."

La contribution de Fabrice DHUME a pour titre : "Ecole et discrimination : une frontière intérieure". Vous pouvez la télécharger à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
Racisme, antisémitisme et "communautarisme" ?
L'école à l'épreuve des faits
Fabrice DHUME
Préface de Françoise LORCERIE
éd. L'Harmattan, 2007
(ISBN 978-2-296-04006-9)

Quatrième de couverture :
"L’école est-elle submergée par le racisme et l’antisémitisme ? Est-elle la proie et la victime de "dérives communautaristes" ? Entre l’interprétation des statistiques ministérielles et les fictions catastrophistes de l’après-11 septembre 2001, l’école publique fait l’objet d’une attention inquiète.
Nombreux sont ceux qui s’interrogent, face aux signes manifestes d’une ethnicisation des relations sociales à l’école, mais aussi face à des évènements qui font disparaître les faits derrière une surinterprétation médiatique. Que se passe-t-il vraiment ? Les grilles de l’école et les valeurs républicaines sont-elles un rempart suffisant face à la Barbarie ou cachent-elles à leur corps défendant les signes annonciateurs de la Catastrophe ?
Pour la première fois en France, une étude armée par les méthodes des sciences sociales traite de ce qui se passe à l’école en fait de racisme. Elle tente de comprendre et de mettre en relation ce qui est signalé comme racisme par les autorités scolaires, ce qui est perçu et traité par les enseignants et les équipes, et ce que les élèves vivent du racisme à l’école.
Se penchant sur les faits et sur leur construction, en croisant les interprétations, cet ouvrage donne à voir la complexité et l’ambivalence des processus à l’œuvre. Car les faits de racisme à l’école parlent aussi du fonctionnement de l’école. Et la possibilité d’agir contre le racisme à l’école dépend aussi de la capacité à transformer les rapports sociaux et éducatifs au sein de celle-ci."

Vous pouvez télécharger l'introduction à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
Lyon, capitale des outre-mers
Immigration des Suds et culture coloniale en Rhône-Alpes et Auvergne
ed. La Découverte, 2007, 239 p.
(ISBN : 978-2-7071-5318-0)

Ouvrage collectif sous la direction de Nicolas BANCEL, Pascal BLANCHARD, et Léla BENCHARIIF. Préface de Didier DAENINCKX;
Avec Ahmed BOUBEKER, Abdellatif CHAOUITE, Eric DEROO, Aïssa KADRI, Sandrine LEMAIRE, Philippe VIDELIER.

Après la trilogie parisienne, "Marseille, Porte Sud" et "Sud-ouest, porte des outremers", Pascal Blanchard est à l'initiative d'une nouvelle publication sur la région lyonnaise et l'Auvergne.

Un programme régional de rencontres, de forums, de conférences et de débats accompagnent la sortie du livre aux mois de novembre et décembre 2007. Programmations, présentation des intervenants sur le site de l'ACHAC : www.achac.com

La contribution d'Olivier NOËL, dans ce nouvel ouvrage, a pour titre : "Travail et syndicats".
La seconde génération issue de l'immigration. Une comparaison France-Québec
Avec une contribution d'Olivier NOEL sur les pratiques discriminatoires dans le petit patronat français
Ouvrage collectif sous la direction de Maryse POITVIN, Paul EID et Nancy Venel.
Préface de François DUBET.
Avec les contributions Marie-Hélène CHASTENAY, François DUBET, Paul EID, Nacira GUENIF-SOUILAMAS, Emmanuel KAHN, Deirdre MEINTEL, Olivier NOEL, Michel PAGE, Maryse POTVIN, Emmanuelle SANTELLI, Myriam SIMARD, Patrick SIMON et Nancy VENEL.
Ed. Athéna, 2007, 270p.)
(ISBN 978-2-922865-54-7)

Cet ouvrage collectif s’intéresse aux jeunes hommes et femmes de la «deuxième génération» en France et au Québec, nés dans ces sociétés, mais dont les parents sont des immigrants. En effet, plus que leurs parents, les «deuxièmes générations» incarnent, bien involontairement, les ruptures, les fractures, les craintes mais aussi les avancées des sociétés française et québécoise dans leur modernité.
Ces jeunes sont conscients que, depuis plus de 10 ans au Québec, et 20 ans en France, leurs conduites, qu’elles soient affirmatives, délinquantes ou novatrices, irriguent les débats politiques et sociaux sur l’intégration, les relations interculturelles, les discriminations et la citoyenneté.
Cette diversité d’études sociodémographiques et ethnographiques révèle plusieurs facettes de l’«expérience» particulière de cette génération, en mettant en lumière les facteurs de couleur couleur, d’ethnicité, de genre et de classes qui font, varier leurs trajectoires sco¬laires, professionnelles, sociales et citoyennes.

«Du point de vue de la culture des parents, [ces jeunes] sont déracinés, du point de vue de la culture du pays d’accueil, ils restent des immigrés. [...] Si l’on voulait définir sociologiquement la situation des secondes générations, on pourrait dire qu’elles sont culturellement assimilées et socialement exclues. La tension qu’elles vivent tient au fait que les individus se sentent “comme les autres”, alors que les “autres” les perçoivent comme différents, ce sont des étrangers qui ne se vivent pas comme des étrangers, des nationaux obligés de se percevoir comme des étrangers.»

Extrait de la préface de François DUBET, sociologue et professeur, Bordeaux 2.

La contribution d'Olivier NOËL porte sur les jeunes de "la deuxième génération" et les pratiques discriminatoires du petit patronat français (pp. 71-85).
Auteur :
Collectif
Problématique :
Discrimination(s)
Teléchargez la table des matières.
Télécharger le document : TdM_2e.pdf (111 ko)
Liberté, égalité, communauté ?
L'Etat français contre le communautarisme
Fabrice DHUME
éd. Homnisphères, 2007
(ISBN 2-915129-17-7)

Quatrième de couverture :
"La France est-elle menacée d’éclatement ? La force obscure de la division est-elle au travail, minant les fondations de la République française ? Le climat actuel, qui se reflète dans les discours publics, ne laisse pas l’ombre d’un doute sur la réponse à ces questions. La Démocratie, la Raison, l’Etat, la Nation, etc. seraient, entend-on dire, autant de « valeurs » en voie d’extinction.
Mais où est la menace ? Ou plutôt : qui constitue la menace ? Car, après tout, la menace doit bien avoir un visage. Sans que cela ne soit une réponse implicite à cette question, remarquons que la force obscure porte désormais un nom, depuis que les politiques publiques ont identifié, dans le “communautarisme”, un nouvel objet d’action.
“Communautarisme”… ? Mais qu’est-ce donc que cette idée aux contours flous, qui s’est imposée telle une évidence en moins de dix années ? Que nous dit ce mot de l’état de la société française, et de la façon dont celle-ci se pense ? Que produit, aussi, cette catégorie improbable qui s’impose comme un nouveau champ de « lutte » pour l’Etat ?
Cet ouvrage propose de comprendre d’où vient et ce que produit cette nouvelle catégorie des politiques publiques. Car, à travers même les discours passionnels qui font du “communautarisme” le nom générique d’un ennemi d’Etat, se dessinent des tendances d’avenir pour une société qui construit, manifestement, le « choc des civilisations » qu’elle prétend pourtant éviter."

Cet ouvrage n'étant plus édité, vous pouvez le télécharger gratuitement dans son intégralité, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
Sud-Ouest, porte des outre-mers
Histoire coloniale et immigration des suds du Midi à l'Aquitaine
Ouvrage collectif sous la direction de Pascal BLANCHARD : avec Nicolas BANCEL, Eric DEROO, Didier LAPEYRONNIE, Sandrine LEMAIRE, Christelle LOZERE, Olivier NOËL, Laure TEULIERES, Patrick VEGLIA, Mohamed ZENDJEBIL, Farid ABDELOUAHAB
et les contributions de Salah AMOKRANE, Gilles BOËTSCH, Sylvie CHALAYE, Antoine CHAMPEAUX, Stanislas FRIENKEL, Marie-Christine JAILLET, Armelle MABON, Rachid MENDJELI, Michel PIERRE, Alain RUSCIO et Cheikh SOW.
éd. Milan, 2006
(ISBN 10-2-74-59-24-01)

Le Sud-Ouest, de Bordeaux à Nîmes, de Toulouse à La Rochelle, de Montpellier à Biarritz est lié depuis des siècles à ces voyageurs, travailleurs, artistes, soldats et commerçants qui ont construit le destin de ces régions. A partir du début du XXème siècle, cette présence est marquée par l'arrivée dans les villes, les campagnes et sur les quais, d'hommes et de femmes venus des quatre coins du monde : de l'Extrëme-Orient, du Maghreb, du Levant, des Caraïbes et de l'Afrique noire.
Dans le regard des populations, cette présence oscille en premanence entre désir et passion, entre fascination et exclusion. Toutes les identités se croisent, toutes les contradictions prennent forme, tous les rêves s'annoncent dans ce Sud-ouest, porte des outre-mers, qui va être le relais entre la métropole et les suds pendant plusieurs décennies. C'est par centaines de milliers qu'ils arrivent pour travailler ou combattre, s'installer en tant que réfugiés, rapatriés ou militants, s'intégrer ou fonder un foyer, faire étape avant de partir pour les Antilles ou l'Afrique...
Problématique :
Histoire et mémoire
Porte des outre-mers, par Pascal Blanchard

Télecharger l'introduction de l'ouvrage.
Télécharger le document : Porte-des-outre-mers-intro.pdf (155 ko)
La coopération dans l'action publique
De l'injonction de faire ensemble à l'exigence de commun
Fabrice DHUME
éd. L'Harmattan, 2006
(ISBN : 2-296-01368-6)

Quatrième de couverture :
"L’évolution du travail fait désormais appel à la coopération entre professionnels, à la créativité des travailleurs, à leur implication. A la suite de l’entreprise, les pouvoirs publics n’ont de cesse d’exiger du “partenariat” ou du “réseau”, pour “retisser le lien social” et dépasser les “cloisonnements” institutionnels et sectoriels.
Cela ne va pourtant pas de soi. Force est de constater que l’injonction sied mal à la coopération. L’injonction tend à vider de sa substance ce qu’elle appelle de ses vœux. Et cela, malgré le fait qu’elle fasse écho à une exigence et un désir d’être-en-commun et de renouvellement de la politique.
Quelque chose résiste donc. Avec une sorte d’obstination, le désir de coopération excède l’injonction : il signifie un désir de puissance et de transformation du monde social. La coopération est en effet aussi le rêve d’un autre monde possible. Le processus de coopération s’inscrit donc dans une tension qui en rend l’issue largement incertaine et le résultat toujours fragile.
Comment s’organisent ces logiques contradictoires ? Comment les sujets de ces situations mettent au travail leur désir de démocratie et font valoir d’autres formes de production ? Y arrivent-ils seulement ? Cet étude-essai tente de répondre à ces questions, en s’appuyant sur plusieurs expériences très différentes : une fédération de Centres sociaux, un réseau santé-social, un projet de partenariat sur un quartier de la politique de la ville."

Vous pouvez télécharger l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
Jeunesses en voie de désaffiliation
Une sociologie politique de et dans l'action publique
Olivier NOËL
éd. L'Harmattan, 2004
(ISBN : 2-7475-6663-3)

Les acteurs publics en charge de favoriser l'intégration des jeunes sont bien souvent confrontés à un dilemme entre leur préoccupation professionnelle de solidarité, d'égalité de traitement et la logique d'efficience que tentent de leur imposer progressivement les institutions. Comment parviennent-ils à conjuguer des objectifs contradictoires ? Y parviennent-ils seulement ? Quels sont les effets à terme pour toute une partie de la jeunesse ?
L'ouvrage analyse plusieurs actions publiques locales en direction des jeunesses en voie de désaffiliation : le décrochage scolaire, la discrimination ethnico-raciale à l'emploi et l'errance juvénile. Il s'incrit dans une double perspective de sociologie politique de et dans l'action publique pour interroger les processus selon lesquels se construisent localement les référentiels de l'action publique. L'ouvrage dégage un certain nombre de lignes directrices pour éclairer, du point de vue des cadres intermédiaires des politiques concernées, les incertitudes de l'action publique locale. Il aborde tour à tour les niveaux d'enjeux suivants : l'articulation entre les énoncés nationaux et leurs traductions locales ; la définition d'espaces pertinents pour aborder des questions complexes et politiquement controversées ; la fabrication d'actions concrètes au regard des professionnalités des acteurs concernés.

Vous pouvez télécharger l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.

Vous pouvez également prendre connaissance de la table des matières :
Télécharger le document : TM jeunesses en voie de désaffiliation.pdf (56 ko)
Histoires de mosquées
Ouvrage dirigé par Karim Abdoun, Mathilde Chevre, Asma Al Atyaoui, Abdel Aziz Faïk
éd. Kalima, 2004.
Avec, notamment, les contributions de Mohsen AYACHI, Abdelkrim BOUREMA, Fabrice DHUME, Franck FREGOSI, Michel REEBER, Ralph STEHLY et Ove ULLESTAD.

"Les premières "mosquées" en France ont d'abord été situées dans des caves, des sous-sols, des appartements d'HLM, des foyers, des églises pour petit à petit faire surface et en arriver aujourd'hui à des projets de grandes mosquées. La mémoire de ce passé ne se trouve que dans le souvenir des anciens. Souvenirs épars, personnels, parfois intimement drôles ou douloureux qu' Histoires de Mosquées a rassemblées pour la première fois. Ces témoignages racontent aussi à travers l'histoire des lieux de culte des histoires d'immigration, d'amitiés, de dialogue inter-religieux, toutes comprises dans un processus d'enracinement de l'islam en France."

Fabrice DHUME a contribué à cet ouvrage, avec l'article "La représentation de l'islam dans la presse alsacienne", pp.172-178.
La discrimination à l'emploi : l'insertion professionnelle des jeunes issus de l'immigration
Avec une contribution d'Olivier NOËL
Ouvrage collectif, avec les contributions, entre autres, de Mustapha Bourmmani, Olivier Noël, Mouna Viprey, François Vour'ch...
Editions L'Harmattan, 2001
(ISBN : 2-7384-6424-6)

S'il est aujourd'hui clairement reconnu que des discriminations à l'emploi frappent largement les jeunes issus de l'immigration, ce phénomène n'en reste pas moins difficile à appréhender dans toutes ses dimensions et complexe à traiter. C'est pourquoi cet ouvrage vise tant à apporter des éclairages sur ce problème qu'à proposer des moyens d'action. Les textes prenant place dans la première partie du livre fixent le cadre et les enjeux du débat. Les processus de production de la discrimination sont au centre des contributions rassemblées dans une deuxième partie. Enfin, des exemples d'actions permettant de contrer les discriminations ont été réunis dans une troisième partie.
Discriminations raciales : pour en finir
Guide France-info par Jean-Michel Blier et Solenn de Royer
(Coord. par) Jean-Michel BLIER et Solenn de ROYER
éd. Jacob-Duvernet
(ISBN - 2-84724-013-6.)

"Des générations de jeunes sont victimes chaque jour de discriminations en raison de leur origine réelle ou supposée. Qu'ils soient immigrés ou fils d'immigrés, originaires des DOM-TOM ou domiciliés dans des cités à problèmes, leurs traits physiques, leur nom, leur adresse leur ferment les portes des entreprises, compliquent leur quête de logement, restreignent leurs accès aux loisirs. Et pourtant, ils sont intégrés à la société française, dont ils ont épousé les valeurs et dont ils veulent être membrres part à entière. Ce guide nous invite à ouvrir les yeux sur ces discriminations, que la justice a souvent du mal à prouver. Il dresse un état des lieux de ces pratiques voulues ou non, directes ou indirectes, souvent acceptées inconsciemment, et nous incite à plus d'ouverture et de clairvoyance."

Entretien avec Olivier NOËL, pp. 42-45 : "Embauche : le saut d'obstacles"
Du travail social au travail ensemble
Le partenariat dans le champ des politiques sociales
Fabrice DHUME
éd. A.S.H. (coll. "Professionnels"), 2001, 206 p.
(ISBN : 2-85030-611-8)

L'idée de partenariat a envahi le champ social. Ceci, au point que le principe du «travail ensemble» semble s'être imposé comme une nouvelle référence de l'action publique. Bien que l'idée ne soit pas fondamentalement neuve, la nouveauté du mot reflète une profonde évolution des politiques sociales. Dans ce contexte, le terme de partenariat sert à exprimer un besoin de plus en plus intense : celui de ne pas rester seul face à la complexité des questions sociales. Il faut unir les compétences, les ressources et les efforts pour essayer de faire ce que l'on ne peut pas faire seul, et pour tenter de faire mieux en faisant autrement.
. Mais force est de constater que travailler avec les autres ne va pas de soi. De multiples obstacles se dressent sur le chemin de celui qui veut construire un partenariat. Pourquoi est-ce si complexe ? Répondre à cette question conduit à s'interroger, d'abord, sur ce qu'est ce fameux «partenariat» et ce qu'il n'est pas, sur la manière dont il apparaît, sur ce à quoi il peut servir.
Dans une perspective transversale, qui associe délibérément la réflexion et la dimension pratique, ce livre propose de faire le point sur cette notion. Il s'agit de revenir sur l'origine du terme et sur son sens, puis sur ce que sa définition implique et soulève comme questions, jusqu'à mettre en lumière ce qui pourrait être une méthodologie de travail. Pourquoi et comment le partenariat est-il apparu dans le champ social ? Quels sont les enjeux dont il est porteur ? Quel est le sens de ce (presque) concept ? Quelles sont les difficultés qui se posent ? Et comment faire pour construire un véritable partenariat ? Telles sont les questions auxquelles cet essai tente d'apporter des réponses, en évitant les simplifications.

Vous pouvez télécharger l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
De l'égalité réelle à l'égalité formelle : la question de l'ethnicité dans les sociétés européennes
Ouvrage dirigé par Manuel Boucher
(sous la dir.) Manuel BOUCHER
éd. L'Harmattan, 2001
(ISBN : 2-7475-0381.X)

"L'ouvrage (...) se situe dans cette dynamique de lutte contre les discriminations, de combat pour les droits de l'homme, les droits culturels et pour la promotion de la reconnaissance identitaire indispensable au développement d'une politique du Sujet dans une Europe plurielle. Ce livre est le fruit de travaux de réflexion de la part de praticiens et de chercheurs européens impliqués dans le champ de l'intervention sociale et motivés par l'envie d'éradiquer les discriminations ethniques et de faire respecter les droits des minorités en faisant évoluer les pratiques des intervenants sociaux. Manuel Boucher

- Lorsque la discrimination se cachait derrière l'intégration, par Olivier Noël, pp. 395-407.
RMI et psychiatrie : deux continents à la dérive ?
L'interinstitutionnalité et le partenariat comme catalyseurs des questions d'identité du travail social et de la psychiatrie
Fabrice DHUME
éd. L'Harmattan, 1997
(ISBN : 2-7384-5877-7)

La mise en place du dispositif "R.M.I." n'a pas manqué de révéler l'état de santé déficient de bien des bénéficiaires.
Cause ou conséquence d'une exclusion rampante, les troubles renvoyant à la santé mentale semblent fréquents. Les travailleurs sociaux chargés de l'accompagnement des personnes en difficulté d'insertion se tournent régulièrement vers la psychiatrie. En tant qu'institution, celle-ci est alors amenée à se positionner, à réagir, à répondre ou non à bien des sollicitations.
La santé mentale est-elle un champ qui permet la rencontre des protagonistes ?
Le partenariat entre intervenants du dispositif "R.M.I." et de la psychiatrie est-il souhaitable et possible ?
Quelle est la limite effective du travail de chacun ?
Le débat est vif, les enjeux sont cruciaux et renvoient finalement aux identités des uns et des autres.

A travers les résultats d'une recherche solidement documentée, l'auteur dessine les axes d'une problématique sensible. Questionnant les stratégies des acteurs autant que les choix politiques, il fait état de ce qui pourrait bien devenir une ligne de fracture pour deux institutions à la dérive.

Vous pouvez télécharger l'introduction, à partir de la Docuthèque de l'ISCRA.
SGS ©2004